Vous aimez les chiens
Vous aimez les chiens
Tout savoir sur les races de chiens
Tout savoir sur l'aviculture
Tout savoir sur l'aviculture
L'aviculture c'est quoi ?
Les anatidés
Les anatidés
Découvrir et élever les canards, les oies...
Les chats
Les chats
Partez à la découverte des races de chats et des passionnés qui les élèvent...
Les bassins
Les bassins
Les jardins aquatiques Comment construire, entretenir et décorer son jardin aquatique...

Portrait de Passionnés

La Société des Aviculteurs du Nord est dorénavant active…(59)

 La Société des Aviculteurs du Nord…

est désormais active et reconnue par la Fédération avicole Nord-Pas-De-Calais – Picardie …

 

LOGO SAN PETIT

 

- Le but est de remettre en place une association historique (récréée pour l’occasion) dans le Nord de la France et surtout avec une vision moderne et moderniste de l’aviculture régionale, en phase avec son temps et ses enjeux.

- Comme toute recréation, les débuts vont être « crescendo » (progressif) et ont vocation à rassembler largement les bonnes volontés avicoles Nordistes.

- Dans un premier temps, il sera surtout question de partages de savoir, d’entraide, et d’achats groupés (vaccins, aliments, fournitures, etc.)

- Le bureau de l’association est amené à évoluer assez rapidement, afin d’avoir une équipe diversifiée, polyvalente, performante et flexible.

 

leuridan 2

 

Je ne vous présente plus Matthieu Leuridan, son Président qui saura mettre en valeur l’Aviculture dans notre région et aider tous les aviculteurs « sans exception »

www. Mon Espace Nature s’associe largement à cette initiative courageuse…mais nécessaire.

- Pour ceux qui désirent plus d’infos, n’hésitez pas à contacter (M.Leuridan)

- Bulletin d’adhésion disponible en suivant ce lien:  http://myreader.toile-libre.org/adhsionSAN.pdf

 

….

N’hésitez pas à m’envoyer des commentaires, des suggestions d’articles ou encore des conseils! Ce sera un plaisir pour moi d’y répondre.

Vous pouvez me contacter via le formulaire de contact suivant 

A bientôt Didier Macrez .

Tout savoir sur la Poule soie avec Matthieu Leuridan (59)

 Je ne vous présente plus Matthieu Leuridan…

 

ce jeune juge s’est forgé une réputation atypique  en parcourant de nombreuses expositions avicoles….

Il est la « terreur » des exposants éleveurs de poules soie et autres volatiles… mais une fois vos animaux  passés dans ses mains, vous savez à quoi vous en tenir !

Messieurs les Présidents de sociétés avicoles, il faudra même penser à agrandir la taille des cartons de jugement, tant notre ami à des choses à dire….mais bon! c’est toujours la passion qui l’emporte, et ne dit-on pas « Quand on aime …on ne compte pas »

C’est le printemps, la reproduction est normalement bien entamée, voir même terminée et c’est le moment ou vous triez et sélectionnez vos jeunes … besoin d’une explication, d’un « support » ? Pas de soucis, le livre « La Poule Soie » est la pour vous expliquer tout ça ! ….

Dans la Vallée de Castillon, découvrez les Jardins…(14)

 

Voici la suite de ma ballade dans le Calvados ….

Aujourd’hui je vous emmène à la découverte des Jardins de Castillon.

Venez découvrir les Jardins de Castillon

 

En Normandie, près de Bayeux, dans le cadre naturel de la Vallée de Castillon, j’ai découvert un jardin, que dis-je… des jardins.

Ils ont été créés pour le plaisir des yeux et sont composés de trois terrasses successives ponctués d’ifs topiaires.

Dès mon arrivée sur les lieux je suis accueilli par une dame très gentille qui était en train de nettoyer ses allées de graminées.

Cette sympathique personne n’était autre que la maîtresse des lieux Madame Colette Sainte Beuve, elle interrompit son travail, pour m’accompagner à ce qu’il lui sert de local pour recevoir ses visiteurs. Ceci afin de me céder un plan qui me guidera tout au long de ma ballade.

Un peu surpris,  vu l’étendue des lieux et pour moi qui n’est pas trop le sens de l’orientation, j’ai du prendre mon courage à deux mains afin de m’ engouffrer dans cette végétation luxuriante.

J’ai eu une pensée émue (lol!) pour les amateurs de bassins aquatiques….

Une escapade à la découverte du Domaine Albizia (14)

 

Suite à une escapade sur les côtes du débarquement du 6 juin 1944 dans le Calavados…

 

j’en ai profité pour vous ramener de quoi faire 3 articles sur des jardins totalement différents dans le bocage Normand.

Je commencerai par le Domaine Albizia au lieu dit: La Vitardière    14240 LIVRY

 

Dés votre arrivée, vous êtes accueilli par  Frédéric Tinard le maître des lieux.

Etant donné que je n’annonce jamais mon arrivée et que je « pioche » au hasard dans les brochures locales des syndicats d’initiatives, c’est toujours très agréable de rencontrer en personne les créateurs de ces jardins.

 

4

 

Au Domaine d’Albizia vous faites un tour du monde avec 11 espaces paysagés différents.
Situé au cœur du Bocage Normand, à quelques encablures des plages du Débarquement (18 Km de Bayeux et 20 minutes de Caen), cet endroit est  un lieu d’exception qui répond à toutes vos envies dans un cadre dédié à votre bien-être.

 

 

1

 

Chambres d’hôtes et maison de vacances avec des jardins d’une superficie de deux hectares, des jeux inédits et immersifs : Escape room, Murder party, Enigmes….

Robert QUIGNON nous a quitté…

 

Robert QUIGNON nous a quitté…

Trop ému par sa disparition et pourtant très loquace,  je ne saurai vous parler de mon ami Robert QUIGNON, j’ai donc préféré passer la parole à Pierre Dhénin, qui lui aussi l’a très bien connu.

 

18309029_10208997703127689_448226602_n

 

Dans sa retraite « plein sud » non loin de Narbonne Robert QUIGNON vient de nous quitter. Serge, son dévoué fils, avait obtenu que son perroquet le suive dans la maison de retraite médicalisée où son état de santé l’avait conduit ces dernières années. Bet’leu toujours à 82 ans, et jusqu’au bout du chemin…
Robert, son épouse Jeannine trop tôt disparue, ont marqué des décennies durant, la vie de l’aviculture régionale. Ils se sont dépensés sans compter dans les associations avicoles mais pas seulement. On les voyait lui au montage, elle à la comptabilité, au secrétariat ou derrière le bar associatif enfin partout où elle pouvait être discrètement mais efficacement utile.
Robert était lui aussi un généreux, un fort tempérament marqué par une enfance mouvementée. La culture familiale était fondamentalement à gauche. Très à gauche. Son père, mineur et militant syndicaliste, avait été marqué à l’encre rouge sur les registres des mines du nord pas de calais et la famille avait dû partir dans le centre de la France pour trouver du travail. Ils vivaient chichement et Robert se souvenait encore des repas faits de fruits collectés dans la forêt. De cette enfance, il avait gardé la tolérance, le respect des autres, la curiosité aussi.

Ce maçon aux doigts d’or, avait aussi un caractère bien trempé mais les colères éventuelles ne duraient pas. J’ai eu la chance de l’emmener en voyage dans le sud-est asiatique, de Bangkok à Singapour pendant une dizaine de jours à la découverte des établissements zoologiques. Il s’intéressait à tout et à tous. Il portait un regard critique mais voulait croire en l’homme. J’ai découvert l’humanisme de Robert un soir, dans un village thaï. Il se confiait peu mais là, loin de la terre natale, les confidences furent plus faciles. Je n’en dévoilerai rien mais croyez bien que ces échanges ne m’ont jamais quitté. Une sacrée leçon de vie.
Dans sa charmante maison de Montigny, peuplée de meubles polonais hérités de l’exode de la famille de Jeannine, Robert cultivait avec la même passion l’élevage avicole (qui ne se souvient pas de ses splendides Phénix) mais aussi une horticulture instinctive basée sur un principe simple : la vie peut surgir à tout moment…. Et sur ce principe, il récoltait partout où il passait des graines, des boutures. Il revint de Thaïlande avec quelques éclats de divers bambous… qui prirent bien racine sous notre climat…
Eleveur, horticulteur, Robert était aussi un vrai compagnon, prêt à conseiller, à aider, acceptant tous les défis pour peu que cela serve la cause de l’association.
ANIMAVIA lui doit beaucoup. On les voyait arriver, Jeannine et Lui et, à l’époque, souvent en compagnie de Serge Busin et de son épouse. Très vite, ils entraient en action, Robert en particulier, qui prenait un grand plaisir à participer à nos « spectacles » de l’époque. Son plus grand plaisir était alors de revêtir la tenue de mineur de fonds pour illustrer les traditions du monde minier et les races régionales.

Nous avons perdu un homme de cœur, un humaniste, un homme simple à la volonté farouche, aux sentiments sincères. Un vrai Ami.

 

Hommage recueilli auprès de Pierre DHENIN , Président d’honneur d’ ANIMAVIA .

 

 

Mon Espace Nature fait appel à vous !

Bonjour à tous !

Ce petit message pour vous  lancer un appel.

Ce n’est pas si  souvent que je sollicite les internautes, mais si vous pouviez me contacter sur  Mon Espace Nature ou appeler Francis Daries au 06.40.68.15.79 ce serait sympa !

 

Voilà, j’en viens au fait. Francis Daries est passionné par le pigeon Frisé, il a commencé une ébauche de site et fait appel à toutes les ames de bonne volonté qui pourraient l’aider dans sa démarche.

Donc, si vous êtes éleveur amateur de cette race de pigeon ou que vous possédez des documents sur son histoire,  photos ou autres…..Francis sera très heureux de vous accueillir   « au bout du fils »

Je vous laisse ci-dessous l’adresse de son site en construction ainsi que son  adresse de messagerie.

Merci pour votre aide.

 

 

Voici l’adresse du site en construction  https://club-des-pigeons-frises.jimdo.com/
et si vous désirez contacter par messagerie   daries.f@wanadoo.fr

Le coq de Sonnérat, d’après Sérafin Di Cristofaro (Belgique)

 

Mon expérience d’élevage avec le coq Sonnerat d’après Mr Sérafin Di Cristofaro

 

 

Ayant sollicité  Sérafin Di Cristofaro au sujet des coqs sauvages qui seraient à l’ origine de tous nos actuels coqs de basse cour, j’ai le plaisir  à remettre cet article en tête de mes articles.

 

Etant éleveur de faisans rares depuis de longues années, j’avais toujours cru que les coqs sauvages n’étaient pas dignes de figurer dans une de  nos volières d’amateurs.  En effet, j’étais persuadé qu’il s’agissait là de simples poulets et qu’ils devaient être réservés aux amateurs de poules..

Combien mon opinion était fausse et loin de la réalité !  Il est bien connu que lorsqu’on ne sait pas, il vaut mieux ne rien dire.  Je me trouvais dans ce cas de figure, tout simplement parce que je n’en avais jamais vu !!

Celui qui a connu le grand éleveur allemand Dieter Arnolds et qui, comme moi, a pu visiter sa superbe collection de faisans d’ornement dans les années 80 (une des plus belles du continent), pourrait se demander pourquoi, il se mit soudainement à se passionner pour les coqs sauvages quelques temps après !

Eh bien, c’est parce qu’il tomba lui aussi sous le charme de ces oiseaux.

Tout comme lui, je les découvris pour la première fois au Zoo de Hanovre ….