Vous aimez les chiens
Vous aimez les chiens
Tout savoir sur les races de chiens
Tout savoir sur l'aviculture
Tout savoir sur l'aviculture
L'aviculture c'est quoi ?
Les anatidés
Les anatidés
Découvrir et élever les canards, les oies...
Les chats
Les chats
Partez à la découverte des races de chats et des passionnés qui les élèvent...
Les bassins
Les bassins
Les jardins aquatiques Comment construire, entretenir et décorer son jardin aquatique...

Pigeons

4 et 5 Mars exposition avicole à Saint-Pons de Thomières (34)

 

 Exposition Avicole les 4 et 5 Mars à Saint-Pons de Thomières  (34)  mais sans les volailles …

 

 

 

Au programme;

Championnat de France de la FAEC  (Cobayes)

Challenge interrégional de l’ANEF     (lapins feu et dérivés)
Challenge interrégional des lapins argentés
Championnat régional du Texan
Championnat régional du Strasser
Championnat régional des pigeons de vol

Prix spécial Henri CROS décernés à la catégorie pigeons.

Renaissance très attendue …

 

Voilà qui est fait !

 

Après une interruption de plusieurs mois des deux sites consacrés aux Boulants lillois et aux Culbutant lillois (races de pigeons originaires du Nord de la France) …j’ai le plaisir de vous annoncer que nos amis Claudine et Jules Devos, relancent leurs informations sur la toile.

 

 

Beaucoup de travail reste à faire dans le contenu des rubriques et dans leurs évolutions, mais à ce jour l’essentiel est en ligne !

Il est même possible de consulter et d’imprimer les documents d’inscription des futurs Championnats et Concours.

 

Le boulant lillois        http://boulant.lillois.free.fr/

Le Culbutant lillois   http://culbutantlillois.free.fr/

 

Je salue personnellement nos deux passionnés qui accomplissent depuis de nombreuses  années de gros efforts afin de faire connaître ces deux races de pigeons, d’ailleurs très sympathiques.

Pour tout savoir sur ces races de pigeons, vous pouvez contacter   jules.devos@orange.fr

Les aviculteurs du Nord-Pas de Calais-Picardie à Paris…

 

 Comme je le dis toujours, www.mon-espace-nature.fr est un site ouvert à tous les passionnés.

 

Ici, il s’agit de l’avenir de notre aviculture française. Je reconnais volontiers que ce qui va suivre concerne plus particulièrement  les initiés et nombreux éleveurs amateurs de volailles, pigeons, lapins et oiseaux de parc dans notre pays.

C’était aussi pour la SCAF Confédération le moment de réélire le tiers sortant de son conseil d’administration (vous trouverez la liste au bas de cet article).

Je reprend l’intégralité de la déclaration de la délégation Nord-Pas de Calais-Picardie, qui s’est rendue à Paris ce samedi 25 juin 2016, délégation emmenée par son président  Yvon Castien qui m’a demandé de publier la prise de parole de la Fédération Nord-Pas de Calais-Picardie.

De mémoire d’aviculteur, une Assemblée Générale de la SCAF Confédération n’avait jamais duré aussi longtemps…

Sept heures de discours et de délibération…

A l’issue de cette réunion regroupant  toutes les instances de notre aviculture française, Sophie Dubuisson a pris la parole devant cette assemblée.

  …..

 

  Monsieur le Président , Mesdames,  Messieurs,

                        Je commencerai mon propos en vous présentant la délégation de notre Fédération : Sophie Dubuisson, Marie Mortagne, Christian Mortagne, Edmond Chrastek, Yvon Castien.

                        La raison de notre intervention est due à la communication de la SNC, qui dans son bulletin Colombiculture de Septembre/Octobre 2015, déclare, je cite « à compter du 1er janvier 2016 les bagues pigeons livrées par la SNC porteront le sigle P, et dès lors il sera demandé aux juges à partir de 2017 de ne plus apprécier les pigeons ne portant pas ce signe distinctif ».

                        Les 2 novembre, 18 décembre, 28 décembre 2015, nous avons fait parvenir au Président de la SCAF-Confédération un courrier exprimant la remise en cause de la convention cadre de juin 2007, et la mainmise de la SNC, sans concertation avec les forces vives de notre aviculture que sont les Fédérations.

                        Autre interrogation : depuis quand la SNC dispose t-elle d’un mandat pour dire aux juges de disqualifier les sujets ne portant pas la lettre P. Ayant pris contact avec le Président de la Fédération des juges  le 7 novembre 2015, la réponse a été  « la FNJ n’intervient pas dans ce domaine ».

                        Lors de l’assemblée Générale de la Fédération du Nord Pas de Calais Picardie du 3 janvier 2016, les 25 sociétés nous ont donné mandat pour exprimer leur désarrois,

                        De plus, l’Assemblée Générale a exprimé son souhait de lancer une pétition auprès de nos éleveurs. Au 26 Mars 2016, 156 éleveurs avaient signé cette pétition. Venant de 13 départements, cela démontre la préoccupation de ces derniers.

            On met en avant la traçabilité, elle existe actuellement, notre Fédération établit un répertoire de cession. Je fais remarquer que nous avons pris en considération cette traçabilité. Le solde de bague non utilisé par nos sociétés et les éleveurs est estimé à 7400 sur près de 40000 distribuées par nos soins, soit 18% (combien sur l’ensemble du territoire français.) (24 Sociétés x100 + 500 éleveursx10) = 7400.

            La traçabilité a « bon dos ». Cette décision n’aurait-elle pas pour but de remplir les caisses de la SNC et FFV puisque c’est cette dernière, lors de l’AG de l’entente européenne, qui a décidé de mettre un V sur les bagues volailles. Par contre, aucune information sur la distribution, serait-t-elle réservée uniquement à la SNC et FFV ? cela irait à l’encontre de la convention cadre, qui permet aux fédérations de s’approvisionner auprès de la SCAF Confédération. Depuis, dans la revue Avicole de Mai/Juin 2016, on donne la possibilité aux Fédérations de s’approvisionner auprès de la SCAF Confédération, mais suppression du coût de transport pour la première commande.

            Le 24 janvier 2016, le Président de la SNC nous faisait parvenir un courrier extrait : « Bien entendu les régions doivent être associées à cette réflexion » Il nous semble que cette réflexion aurait dû avoir lieu bien avant le processus lancé à l’initiative de la SNC.

            Nous constatons par ailleurs un double lançage de la SNC, Colombiculture Mars Avril 2016 : Qu’est ce qui se produira si un pigeon est bagué avec une bague non conforme ? La FNJ et ANJP décideront de la conduite à tenir pour un jugement au sujet des sujets portant des bagues non conformes. Il s’agit de mettre en place une transition progressive et pédagogique ».

Nous sommes incultes ou on nous prend pour des idiots, dans colombiculture de Septembre/ Octobre 2015 c’est tout le contraire qui est écrit.

Je continue sur le processus d’identification : cela concerne les cartes lapins. Nos éleveurs se plaignent que les codes attribués aux sociétés sont pour eux des signes distinctifs.

Questions : peut-on envisager un code par fédération exemple région, Hauts de France (HF).

Enfin qu’elle est le projet de la SNC ? Prendre le contrôle de la SCAF Confédération !

Anthime Leroy informe que lors du CA de la SCAF Confédération du 9 janvier 2016, les Présidents des 3 corps techniques (SNC, FFV, FFC) ont demandé à ce que la SCAF Confédération se consacre d’urgence à certains dossiers. Exemple carte des régions. Et décide à l’unanimité que la SNC ne fera partie de la SCAF Confédération que si l’équité est totalement rétablie au plan national.

1) Elle n’adhérera que si tous les corps techniques ont une maîtrise identique de leur identification et contribue de la même façon au budget de la SCAF Confédération, sur la base de l’animal identifié

2) Elle n’adhérera que si toutes les régions contribuent de façon équitable sur la base du nombre d’adhérents de leur association.

Nous vous remercions de votre écoute, notre Fédération a pour but le développement de notre patrimoine avicole, qui passe par nos éleveurs, alors avant de prendre des décisions assurons nous de leur efficacité, nos éleveurs subissent suffisamment de contraintes par ailleurs, d’où l’intérêt de surveiller la communication.

Pour la Fédération Régionale Nord-Pas de Calais-Picardie, Yvon Castien.

….

Ont été élus ou réélus au conseil d’administration de la SCAF (tiers sortant), le 25 juin 2016 :
- Fédérations, unions, groupements, associations : Vincent Chéradame, Robert Crépeau, Philippe Hudry, Eddy Mayeur, Didier Rumeau

- Organisme technique volailles : Ernest Sorin
- Organisme technique lapins : Frédéric Bernard
- Organisme technique pigeons : Alain Debord
- Fédération nationale des juges : Georges Patissier
- Personnes individuelles : Monique Berte

 

Petites précisions sur les symboles utilisés dans cet article

SCAF: Société Centrale d’Aviculture Française
SNC:  Société Nationale de Colombiculture
 FNJ: Fédération Nationale des Juges
FFV: Fédération Française des Volailles
ANJP: Association Nationale des Juges Pigeons

 

Pour contacter l’auteur de l’article  cliquez sur l’image ci-dessous.

 

 

Le Boulant lillois possède son propre site…(59)

En avant première sur Mon Espace Nature

Une  information est tombé à l’issue de l’Assemblée Générale du Club du Boulant Lillois qui a eu lieu le samedi 9 mai 2015 à Villeneuve d’Ascq dans le Nord.

C’est en toute convivialité que 18 passionnés de la race, du Nord de la France, des Ardennes mais aussi de Belgique et de Hollande se sont retrouvés.

Outre le fait d’évoquer par le rapport moral les activités et événements de l’année écoulée au sein du Club, ce fût l’occasion également de mettre en place les projets de l’année 2016 et d’établir le calendrier des activités pour 2015.

L’organisation pour le Club d’un “Prix Spécial du Boulant Lillois” lors de l’Européenne de Metz du 13 au 15 novembre sera sans nul doute le point d’orgue de la saison des expositions, 40000 sujets sont attendus !

Un Championnat de France du Boulant Lillois à Bischwiller dans l’Est, près d’Haguenau, les 16 et 17 janvier 2016 et un Championnat Régional à Pecquencourt les 6 et 7 Février 2016 en hommage à Jean Paul Chatelin, grand passionné de Boulant Lillois, décédé en début d’année, ces expositions seront des rendez vous importants pour le Club et la race pour 2015

Autre point important au cours de cette AG est la réélection à l’unanimité des voix, au sein du Conseil d’Administration de Matthieu Bailly et l’élection de Jean Coopmans et de Philippe Lissy, tous deux candidats également.
Jules Devos a signalé que Marcel Guilbert, vice Président depuis 2003, ne souhaitait pas se représenter à son poste pour des problèmes de santé.

Après décision, le Bureau du Club du Boulant Lillois se compose comme suit : Jules Devos, Président – Matthieu Bailly, vice Président – Jean Coopmans, vice Président, – Jacques Lefebvre, Trésorier
Claudine Devos, Secrétaire – Philippe Lissy – secrétaire Adjoint

Le Club du Boulant Lillois a créé son site qui sera complété au fur et à mesure : http://www.pigeon-boulant-lillois.com

En prévision de l’assemblée générale 2016 Jean Coopmans s’est proposé de l’organiser à Charleroi le samedi 7 mai.
Cette réunion s’est terminé par le traditionnel « pot de l’amitié »

 

Le Club Français du Boulant Lillois     http://boulant.lillois.free.fr/

 

 

Contacter l’auteur de cet article

945422_109060739304716_593847898_n

A l’initiative de Richard Deravet, Metz 2015 ça se prépare…

 Voici une très bonne information à l’ initiative de notre ami Richard Deravet  juge lapins,  qui nous  relate les deux dernières réunions de juges  autour d’un thème qui sera plus que d’actualité en cette fin d’année 2015…

j’ai cité  l ‘Exposition Européenne d’Aviculture 2015.

Exposition avicole qui devrait réunir 29 pays membres et plus de 35000 animaux.

11015848_723260511126503_8462742456527453793_n

 Voici donc quelques photos que m’a envoyé mon ami Richard et qui prouvent, comme à l’accoutumée, qu’une exposition comme celle de Metz… ça se prépare!  un exemple à suivre

 Tout d’abord quelques photos du séminaire des juges EE en cobayes à Lesquin (59) le 14 mars 2015 où étaient présents 32 juges de 10 nationalités dont 5 français et 5 belges, une suissesse, une suédoise, une danoise, deux autrichiens, une russe, quelques tchèques et slovaques ainsi qu’une forte délégation d’Hollandais.

 Un énorme merci aux organisateurs du séminaire européen de cuniculture  Le Séminaire des juges EE lapins à Baerenthal en Moselle ce 28 mars 2015.  un record de participation, en effet 150 participants venant d’Autriche, d’Allemagne, de Belgique, de Suisse, de Tchéquie, du Danemark, d’Angleterre, d’Hongrie, d’Italie, de Roumanie, de Slovaquie, de Slovénie, de Pologne, de Croatie, d’Hollande, du Luxembourg et de France. Des réunions techniques en théorie et pratique de grande qualité avec des comparaisons entre les races françaises et d’autres pays. Une ambiance du tonnerre,  un peu exubérante du côté de notre amis Richard « mais ne changes rien…surtout ».

 Des rencontres enrichissantes, des retrouvailles, un grand merci à l’ensemble des délégations,  Yvon Weissenbacher, Jean-Jacques Ménigoz, Gilbert Daub, Christian Chalençon, et aussi des éleveurs comme Aimé Raulain de nous faire entrevoir un Europa Show à Metz à la mi novembre qui sera à coup sûr inoubliable.

Contacter l’auteur de cet article

945422_109060739304716_593847898_n

Le seul éleveur français en Bavière ce week end est un nordiste, Matthieu Bailly..

 

Eh oui !!! il va devoir se lever très tôt notre ami Matthieu Bailly,

pour aller exposer ses Alouettes de Cobourg.

861 kilomètres a parcourir pour partir à la conquête du Graal, mais là il ne s’agit pas d’un mythe, cette exposition allemande va réunir 1050 Alouettes de Cobourg venant de toutes les régions d’Allemagne.

Tenez vous bien! Matthieu Bailly sera le seul français à participer à ce championnat organisé par le Club de l’Alouette de Cobourg Allemand.

La Société allemande de colombiculture « Verband deutscher rassentaubenzuchter » fête ce veek end son 50 ème championnat.

Souhaitons à ce passionné une très bonne exposition et de très bons résultats.

Je ne manquerais pas de vous tenir au courant sur ce site de la suite de l’aventure, à bientôt  Matthieu !

 

945422_109060739304716_593847898_nContacter l’auteur de cet article

Le Mondain, vieille race de pigeon français

Voici un article recueilli auprès de Jack Charonnat Président du Club des Amis du Mondain…

il vous parle du Pigeon Mondain français et de son histoire à travers les années, nul doute que cet éleveur amateur est un passionné, un article complet mais les éleveurs  du pigeon Mondain comprendront….. la preuve ci-dessous.

club-des-amis-du-mondain

 

Le Mondain français

 Son histoire Le Mondain est une vieille race française que l’on rencontrait  dans beaucoup de fermes et d’élevages amateurs. Les documents que l’on a retrouvés date de 1824, ils distinguaient 3 sortes de Mondain.

 Le pigeon gros mondain atteignait parfois la grosseur d’une petite poule, d’après Buffon .Il était très gros, très lourd, avec un filet rouge autour de l’œil, son plumage est varié de toutes les couleurs. Il produit peu et n’est recherché que pour sa grandeur  car il casse souvent ses œufs ou les écrase par son poids en les couvant.

 Le pigeon mondain moyen, c’était le plus commun de tous, ils peuplaient les volières économiques et l’on ne cherchait pas à posséder de races pures. Ils étaient pattus ou non pattus, très bons reproducteurs et leur grosseur était celle d’un poulet de trois mois.

Le pigeon mondain de Berlin apporté de Prusse en 1808, il a un filet rouge autour de l’œil, son plumage est noir, son manteau bariolé de blanc avec des rangées de plumes blanches et rondes sur les ailes.
Au début du 20ème siècle le gros mondain est le seul sérieusement considéré, travaillé et classé dans les expositions. Nous pensons qu’il l’a été conçu à partir du mondain moyen (voir la photo du mondain 1er  prix à Paris en 1907 )
Plusieurs éleveurs chevronnés unirent leurs efforts pour fixer le type de cette race et en élaborer un standard qui fut reconnu et adopté en 1931.
Parmi ces pionniers, il convient de citer M. Alfred Gritton, Présidents des Amis du Pigeon, qui fut à l’origine de cette race.
D’un pigeon long, étroit de poitrine, haut sur pattes avec la tête forte, le bec épais et chargé, ainsi que le tour des yeux, des morilles très charnues, souvent issu d’un croisement avec le Romain et le Montauban, Ces éleveurs se sont appliqués à diminuer l’ossature et à élargir le plus possible la poitrine pour en faire un pigeon élégant, bas sur pattes et d’une belle prestance.  Le mondain est de nos jours très apprécié et toujours bien représenté dans nos expositions.

HISTOIRE DU CLUB

Initialement, il existait un club, le Club du Mondain Français dont le siège social se trouvait 21 rue de Réaumur à Paris sa création devant dater de 1971. Le premier bulletin de ce club en ma possession date de 1972, il paraissait 4 fois par an. Ses principaux présidents et dirigeants furent Messieurs Papillaud, Bimier, Santana, Demulder, Gautier, Vermurie, Capelle, Taillepain, Chicot, Pertus, Sparta, Biet…….

Quelques années plus tard à la suite de différents, il se créa une scission au sein du Club du mondain français et un nouveau club vit le jour  en 1977 : Association les Amis du Mondain, dont le Président fut M.Lescure entouré de Mrs. Satana, Courbes, Dufraisse, Seigné, Rhodier, Ortigé……

Après quelques mois les dirigeants et éleveurs des 2 clubs décidèrent de tenter de créer un seul club en s’unissant pour former ainsi un club solide et durable et ce dans l’intérêt de tous.

Cette réunification, nous la devons en grande partie aux efforts déployés par Ms. Seignié, Nicolas, Bimier et Augier
La date du 19 novembre 1978 fut retenue lors de l’exposition de Montluçon, la bonne volonté l’ayant emporté le CLUB des AMIS du MONDAIN fut donc crée. La première année fut une année de transition et le bureau fut constitué  de membres appartenant aux deux clubs.  On peut dire, sans conteste, que cette union fut une réussite, tant pour l’ensemble des éleveurs, que pour notre mondain. Notre bulletin commença alors à paraître à raison  de 3 bulletins par année.

M. Augier assura avec brio la présidence de notre club jusqu’en octobre 1998, le club doit beaucoup à M.Augier et à son équipe. Il en fit le premier club de pigeons de France avec plus de 360 adhérents, avec tous les éleveurs il su faire évoluer notre mondain et en faire un pigeon élégant dont le succès auprès des amateurs ne cesse de grandir. Il a mis sur pied nos belles manifestations internationales, nationales et régionales où de très nombreux mondineux ont tant de plaisir à se revoir.

Nommé Président d’Honneur mais toujours membre du conseil d’administration, il continue à travailler au sein du club, il a pris sa « retraite de juge » après 40 années de jugement à Limoges en 2002 où à cette occasion M. Philippe Hudry Président de l’Union Nationale des Juges Pigeons lui remis l’insigne de platine de la S.N.C.
Jack Charonnat lui succéda à la Présidence en octobre 1998.
Le 1er Championnat réuni près de 500 mondains et la 1ère Coupe de France à Montluçon 600 sujets. Depuis le nombre  n’a pas cessé d’augmenter pour se stabiliser autour de 1500 pigeons, le record ayant été établi en 2001 avec 1583 mondains. Pour la coupe de France qui se déroule en général en novembre ou décembre  le nombre de sujets présentés est de l’ordre de 1000 sujets ou plus. Avec les championnats régionaux  qui se déroulent régulièrement aux quatre coins de la France nous pouvons dire que plus 5000 mondains sont présentés dans les expositions.

 Des rencontres européennes ont lieu régulièrement avec nos amis belges, suisses, allemands, italiens et hongrois, la palme revient à l’exposition de Châteaubriant, en janvier 2001 qui grâce Ms. Avril et Février réunir 1146 mondains Ces compétitions se déroulèrent ensuite à Jebsheim, puis à Schopfloch en Allemagne en novembre 2002.

Commentaires sur le standard.

 img007-copie

Comme vous pouvez le constater en observant la photo d’un mondain 1er Prix à l’exposition de Paris en 1907 et celles de nos mondains d’aujourd’hui, l’évolution en un siècle a été surprenante.
Les mondains exposés vers les années 1920 comportaient deux classes : les mondains à pattes lisses et les mondains à pattes emplumées. Les éleveurs s’aperçurent que les sujets à pattes emplumées ne provoquaient que des problèmes (œufs cassés donc faible production ) et ils donnaient une impression de lourdeur à ce pigeon que l’on voulait très élégant.
Vers 1930 M. Dupin secrétaire général du Pigeon Club Français s’attacha à travailler cette race et l’on aboutit au premier standard établi par M. F. Delandre.
Il faut rendre hommage à tous les éleveurs qui ont contribué à la transformation de ce pigeon long en un modèle de longueur et d’élégance.
Le mondain est un pigeon de forme, très gros, rond, très lourd, bas sur pattes, ayant une poitrine très large et proéminente .Son port  est peu relevé et sa tenue d’ensemble voisine de l’horizontale. C’est un pigeon qui a une allure fière. Le poids minimum est d’environ 900 grammes pour les femelles et d’un kilogramme pour les mâles, le poids idéal se situant à 100 g. au dessus de ces normes. Certains sujets atteignent 1300 à 1400 grammes.
Le mondain doit être court, la longueur de la pointe du bec à l’extrémité de la queue est voisine de 43 cm. pour les mâles et de 40 cm. pour les femelles.
Sa tête est petite par rapport au volume de son corps, le front arrondi et relativement proéminent, descend à angle droit sur bec. Le cou est assez court, gros et large à la base et l’attache à la tête doit être fine. La poitrine est très profonde, extraordinairement large et proéminente. C’est un pigeon calme et facile à élever. Sa productivité varie avec son poids, mais peur atteindre 10 jeunes par an voir plus.
Les différentes variétés.

 

 Les Barrés :

mondain-bleu-barre

  Les Bleus-Barrés : Ce sont ceux que l’on rencontre le plus dans les expositions. Les formes et les volumes sont bien établis dans cette couleur où l’on trouve de très larges poitrines bien bombées et des dessous rasant le sol. L’ensemble, poitrine culotte doit former un demi cercle uniforme sans cassure. Le plumage doit être d’ un beau bleu Le cou et le plastron présentent des reflets vert et violacé, le croupion est blanc. Les yeux sont oeil de coq variant du jaune au rouge intense. Les barres noires régulières s’écartent par le bas et se rejoignent sur la partie supérieure de l’aile. L’extrémité de la queue porte une bande noire de 2 cm. de large. Ils sont souvent accouplés avec des rouges cendrés barrés ou des grisons.

mondain-rouge-cendre-barre

  Les Rouges Cendrés Barrés : Nombreux également dans toutes les expositions ils sont plus difficile à réaliser, mais c’est certainement dans cette couleur que l’on trouve les plus beaux spécimens. Le plumage bleu pâle est teinté de rose, le cou et le plastron sont d’un rouge plus sombre avec des reflets roses, le croupion est blanc.
Il est déconseillé d’accoupler deux rouges cendrés barrés entre eux car la couleur rouge devient dominante, il faut mieux les accoupler avec des bleus barrés ou des grisons. La couleur du rouge cendré barré est souvent liée au sexe.
Les Grisons : Leur plumage est d’un blanc teinté de bleu et de noir très pâle, chez certains le blanc domine. Le cou et le plastron doivent être nettement dessinés, le croupion est blanc Même couleur des yeux, des barres, formes, volume……..
Les Argentés : Nous en rencontrons très peu dans les expositions, les caractéristiques sont les mêmes que pour les autres, mais la couleur du manteau doit être celle de l’argent. Il est difficile d’obtenir cette belle couleur, on la travaille en croisant des bleus barrés avec des argentés.
Les Ecaillés : Ils sont peu nombreux dans les expositions, mais ils sont souvent magnifiques , de très belles poitrines bien rondes, avec des barres bien marquées. La difficulté consiste à obtenir un écaillage uniforme, leurs yeux sont souvent d’un rouge intense.
Les défauts relatifs à ces variétés sont :
Une seule barre sur le manteau
Naissance d’une 3ième barre
Manteau nuageux ou de mauvaise couleur.

 Les unicolores :
Les blancs : ce sont les plus nombreux des unicolores.
Principales caractéristiques : œil de vesce entouré d’une fine membrane très discrète de couleur mastic, bec et blanc d’un blanc rosé. Accoupler entre sujets de même couleur il arrive que l’on observe une diminution de volume, aussi certains éleveurs n’hésitent pas à faire des croisements avec d’autres unicolores ou même avec des barrés, l’œil de coq se retrouvant rapidement. Le problème chez les blancs concerne la qualité du plumage qui doit être serré, collé au corps, alors que l’on trouve très souvent des plumages mous. C’est cette difficulté que les éleveurs de blancs doivent résoudre.
Les Rouges : Nombreux également dans les expositions, ils ont maintenant de très beaux gabarits parfois comparables aux barrés. Le rouge doit être intense, la couleur et la sous couleur du croupion et de l’anus ne doivent pas être plombées, la pigmentation rouge des plumes doit être homogène jusqu’à leur extrémité. Le bec est blanc pur, on trouve cependant souvent des becs cornés ou tachés.
Les éleveurs les travaillent par croisement avec des jaunes, avec d’autres couleurs telles que le blanc et le noir cela entraîne de nombreux problèmes : apport de plumes blanches, bec coloré , ces défauts sont ensuite difficiles à éliminer.

mondain-jaune

  Les Jaunes : En nombre plus réduit dans les championnat, leur couleur doit être d’un jaune intense, doré et net, sans être plombé, le bec très pur. Les volumes sont plus réduits que chez les autres couleurs, parfois ils manquent de volume, de dessous et de rondeur. On rencontre souvent des sujets avec des plumes blanches au croupion, à l’anus ou quelque fois sur la poitrine. Lorsque ces plumes ne sont pas trop nombreuses, l’éleveur doit « toiletter » son pigeon. C’est une couleur difficile à élever.
Quelques mondain chamois sont exposés leur couleur est d’un jaune plus sombre.

Mondain noir

  Les Noirs : Egalement en nombre restreint dans les expositions, les éleveurs éprouvent les mêmes difficultés que chez les jaunes, problèmes de forme et de volume. Leur couleur est d’un noir intense avec des reflets verts, ce que nous appelons le noir scarabée, leur bec est foncé. Les défauts rencontrés : Couleur plombée ou terne au croupion et à l’anus, plumes blanches.
Certains éleveurs accouplent les noirs avec les bleus écaillés à croupion coloré, ils obtiennent souvent des sujets de très bon volume mais attention au croupion bleuté ce qui est un défaut.
Conclusion : Les difficultés rencontrées par les éleveurs en ce moment pour obtenir un mondain « presque parfait » sont principalement les suivantes :
-Plumage plus serré, non « bouffant »
-Attache fine
-Queue courte et fine, non étagée, surtout pas en éventail, portée horizontalement dans le prolongement du dos.
-La tête et le prolongement du bec : le tête doit être petite presque ronde en rapport avec le volume du mondain, le front proéminent, assez large, non pincé ou fuyant, doit être perpendiculaire au bec. Le derrière de la tête descend régulièrement à partir de l’occiput pour affiner l’attache. On observe souvent des mondains avec le bec collé au départ du coup ce qui est très disgracieux.
Les mondains peuvent être élevés en volière ou en cage individuelle.

 

Plus d’infos:  Jack Charonnat  j.charonnat@laposte.net

ou sur le site des amis du Mondain  http://clubdesamisdumondain.jimdo.com/

 

 

 

 

945422_109060739304716_593847898_nContacter l’auteur de cet article