Le Carneau club français vous présente

Une histoire de Carneau…

A l’occasion du concours national de la SNC « Société Nationale de Colombiculture » à Woincourt, le Carneau Club Français à publié son livre « Une histoire de Carneau et de son petit frère le huppé-picard ».

Le livre que tout éleveur de Carneau devrait posséder, vous y trouverez l’histoire complète du Carneau Club depuis sa création,
les différentes réunions techniques, manifestations, ainsi que de nombreuses photos illustrées… et pour les gourmets le pigeon Carneau : mets d’exception en 42 recettes.


Vous pouvez vous procurer ce livre très complet auprès de René Villain a.la.colombe@wanadoo.fr

Gilbert Cornet et Philippe Malagies, histoire d’une passion

 

Comme vous le savez tous, je suis passionné par tout ce qui touche l’aviculture amateur …
Il m’arrive de retrouver des documents anciens sur cette passion qui m’anime depuis plus de trente années, mais les deux personnages que je vais vous présenter dépassent toutes les limites de la recherche en la matière.
Notre histoire commence quand Gilbert Cornet fait la connaissance de Philippe Malagies grâce à un libraire habitué du Marché au livre hebdomadaire du Square Georges Brassens à Paris.
Leur tout premier échange verbal remonte à 2000 et depuis cette époque il n’ont de cesse de rechercher tous les écrits sur le sujet de leur passion commune.

Gilbert Cornet        

Gilbert Cornet                                           Philippe Malagies


Notre premier compère, je ne vous le présente plus, il s’agit de Gilbert Cornet, il est membre de la Société Champenoise d’aviculture depuis plus de trente ans et il a écrit, en autres, la biographie de Robert Fontaine cet homme qui a marqué de manière constructive l’histoire de la colombiculture française et en particulier celle de la SNC «Société Nationale de Colombiculture» qui lui doit beaucoup.

Quand à Philippe Malagies, il a été entre les années 1968 et 1974, éleveur de pigeons carneaux rouges, il a tenu la place de secrétaire-adjoint d’ Animavia, société qui organisait le salon international d’aviculture de Lille (Nord)
Nul doute que ces deux personnages étaient faits pour se rencontrer, il aura fallu plus de cinq années pour réaliser la première étude bibliographique sur les animaux de basse-cour.

Un réel succès d’estime.
Suite à cette première édition, un grand nombre d’ aviculteurs passionnés prirent contact avec Gilbert et Philippe….afin de leur donner des renseignements qu’ils n’avaient pas encore et fort de cette aide nombreuse et spontanée, ils se remirent à collectionner de nouvelles références.

Ces deux recueils n’ont pas de précédents en France, grâce à ces deux ouvrages, nos amis nous transmettent leur intérêt immodéré pour les ouvrages portant sur la basse cour, il s’agit là de recueils simples à comprendre, sans terme technique.
Ces deux volumes sont une véritable richesse historique, je vous les recommande.

Pour vous procurer ces deux bibliographie de Gilbert Cornet et Philippe Malagies rendez-vous sur ce lien
http://www.livres-basse-cour.com/infos.html

Le championnat d’Europe des palmipèdes domestiques 2017

Championnat d’Europe des palmipèdes domestiques 2017

APADOM l’association des palmipèdes domestiques organise le Championnat d’Europe des palmipèdes domestiques en Novembre 2017.

Cette association a pour but de promouvoir l’élevage de ces animaux lors de championnats nationaux et régionaux, ainsi que des challenges régionaux.
L’APADOM regroupe tous les éleveurs de palmipèdes domestiques que ce soit des oies ou des canards, français ou étrangers.

Partagez un maximum cette information afin que tous les passionnés de palmipèdes puissent se retrouver dans cette superbe exposition qui aura lieu les 25 et 26 Novembre 2017 à Epinal .

Vous pouvez d’ors et déjà contacter mon ami Bruno Gouin pour vous engager dans cette formidable aventure.

Si vous désirez participer ou avoir plus d’informations sur ce sujet n’hésitez pas à contacter Bruno Gouin à cette adresse brunogouin7@sfr.fr

De retour du jardin Majorelle (Maroc)

De retour des environs de Marrakech surnommée la Ville rouge, ville du Maroc dans l’intérieur des terres, au pied des montagnes de l’Atlas, je ne résiste pas à l’envie de vous faire partager ces quelques commentaires et photos.
Si un lieu enchanteur mérite bien sa place sur Mon Espace Nature, c’est certainement le Jardin Majorelle à Marrakech.

C’est le peintre français Jacques Majorelle (1886-1962) qui a créé avec passion cet endroit magnifique situé au cœur de la ville rouge.

A l’ombre des allées ombragées par le feuillage de nombreuses variétés de cactus, yuccas, nénuphars, lotus, nymphéas, jasmins, bougainvilliers, palmiers, cocotiers, bananiers, bambous, caroubiers, agaves, cyprès avec comme Continuer la lecture de « De retour du jardin Majorelle (Maroc) »

Les grenouilles de la discorde (33)

 

La mare de la discorde à Grignols (33)

Il y a quelques années…alors que naissait « la mode des troubles de voisinage dus aux cocoricos intempestifs » je disais à qui voulait bien m’écouter, « bientôt on interdira aux tourterelles de roucouler à la saison des amours.
Cela prêtait à moqueries, à tel point que les amateurs de volailles n’ osaient plus adopter de coq…de crainte de se voir verbalisés.
La connerie n’a pas de limites…Voilà maintenant que l’on s’attaque à nos batraciens en tous genres.
Grenouilles,tritons et salamandres doivent se séduire en silence…
Ne dit-on pas que les grenouilles sont des animaux protégés ? et maintenant du fait que ces animaux s’expriment bruyamment pendant la saison des amours, cela irriterait les oreilles « chastes » de quelques voisins et on voudrait détruire leur mare afin qu’elles aillent se reproduire ailleurs…

Voici ci-dessous un exemple réel de ce que j’appellerai poliment « la connerie humaine ».

Un couple domicilié à Grignols, petit village à une vingtaine de kilomètres de Périgueux (Dordogne), a été condamné par la cour d’appel de Bordeaux à combler la mare de leur jardin à cause du bruit provoqué par le coassement des grenouilles, rapporte le site de France Bleu Périgord. A l’origine de cette condamnation : une plainte des voisins installés à une dizaine de mètres du point d’eau.

Alors qu’ils avaient gagné leur procès en première instance, Annie et Michel Pecheras ne comprennent pas la récente décision de la cour d’appel de Bordeaux. «Je ne comprends pas que l’on puisse s’en prendre comme cela à nous alors qu’on vit paisiblement dans ce village», raconte ainsi Annie auprès de France Bleu Périgord. Les ennuis avec leurs voisins de la maison mitoyenne ont commencé un peu avant 2012. Il y a eu des tentatives à l’amiable pour régler ce différent mais cela n’a rien donné au fil du temps. Leurs voisins n’en peuvent plus du coassement des grenouilles pendant la saison des amours (en mai et juin) et souhaitent purement et simplement le comblement de cette mare de 300 m2.

Un expert aurait jaugé la nuisance à 63 décibels. «C’est vrai que ça fait du bruit, mais il n’y a pas plus d’une trentaine de grenouilles, il ne faut pas exagérer», soupire Michel. «On est à la campagne, c’est malheureux de ne pas pouvoir supporter le bruit des animaux.»

Pour ce couple, il est hors de question de combler ce point d’eau : «Les grenouilles sont des espèces protégées, on ne va pas les chasser !» déclare Annie. C’est décidé, estimant être dans leur bon droit, ils vont saisir la cour de Cassation. En parallèle, ils ont également pris contact avec l’association de défense des animaux sauvages, l’Aspas. Son porte-parole, Michel Giraud est prêt à les soutenir selon France Bleu Périgord. «Une mare c’est une zone humide et c’est très important pour la biodiversité et les grenouilles sont très importantes, même si je reconnais que leur coassement peut être pénible, mais cela dure deux mois…il faut arrêter de vouloir aseptiser la nature !»
Pour conclure www.mon-espace-nature.fr espère que cette triste histoire aura un épilogue heureux, car si les propriétaires de la mare de la discorde n’avaient pas gain de cause…cela pourrait, après les « anti-cocorico » donner des idées néfastes aux « anti- grenouilles » et ainsi pénaliser des centaines de propriétaires de pièces d’eau peuplées de grenouilles et autres batraciens.