La mare de la discorde à Grignols (33)

Il y a quelques années…alors que naissait « la mode des troubles de voisinage dus aux cocoricos intempestifs » je disais à qui voulait bien m’écouter, « bientôt on interdira aux tourterelles de roucouler à la saison des amours.
Cela prêtait à moqueries, à tel point que les amateurs de volailles n’ osaient plus adopter de coq…de crainte de se voir verbalisés.
La connerie n’a pas de limites…Voilà maintenant que l’on s’attaque à nos batraciens en tous genres.
Grenouilles,tritons et salamandres doivent se séduire en silence…
Ne dit-on pas que les grenouilles sont des animaux protégés ? et maintenant du fait que ces animaux s’expriment bruyamment pendant la saison des amours, cela irriterait les oreilles « chastes » de quelques voisins et on voudrait détruire leur mare afin qu’elles aillent se reproduire ailleurs…

Voici ci-dessous un exemple réel de ce que j’appellerai poliment « la connerie humaine ».

Un couple domicilié à Grignols, petit village à une vingtaine de kilomètres de Périgueux (Dordogne), a été condamné par la cour d’appel de Bordeaux à combler la mare de leur jardin à cause du bruit provoqué par le coassement des grenouilles, rapporte le site de France Bleu Périgord. A l’origine de cette condamnation : une plainte des voisins installés à une dizaine de mètres du point d’eau.

Alors qu’ils avaient gagné leur procès en première instance, Annie et Michel Pecheras ne comprennent pas la récente décision de la cour d’appel de Bordeaux. «Je ne comprends pas que l’on puisse s’en prendre comme cela à nous alors qu’on vit paisiblement dans ce village», raconte ainsi Annie auprès de France Bleu Périgord. Les ennuis avec leurs voisins de la maison mitoyenne ont commencé un peu avant 2012. Il y a eu des tentatives à l’amiable pour régler ce différent mais cela n’a rien donné au fil du temps. Leurs voisins n’en peuvent plus du coassement des grenouilles pendant la saison des amours (en mai et juin) et souhaitent purement et simplement le comblement de cette mare de 300 m2.

Un expert aurait jaugé la nuisance à 63 décibels. «C’est vrai que ça fait du bruit, mais il n’y a pas plus d’une trentaine de grenouilles, il ne faut pas exagérer», soupire Michel. «On est à la campagne, c’est malheureux de ne pas pouvoir supporter le bruit des animaux.»

Pour ce couple, il est hors de question de combler ce point d’eau : «Les grenouilles sont des espèces protégées, on ne va pas les chasser !» déclare Annie. C’est décidé, estimant être dans leur bon droit, ils vont saisir la cour de Cassation. En parallèle, ils ont également pris contact avec l’association de défense des animaux sauvages, l’Aspas. Son porte-parole, Michel Giraud est prêt à les soutenir selon France Bleu Périgord. «Une mare c’est une zone humide et c’est très important pour la biodiversité et les grenouilles sont très importantes, même si je reconnais que leur coassement peut être pénible, mais cela dure deux mois…il faut arrêter de vouloir aseptiser la nature !»
Pour conclure www.mon-espace-nature.fr espère que cette triste histoire aura un épilogue heureux, car si les propriétaires de la mare de la discorde n’avaient pas gain de cause…cela pourrait, après les « anti-cocorico » donner des idées néfastes aux « anti- grenouilles » et ainsi pénaliser des centaines de propriétaires de pièces d’eau peuplées de grenouilles et autres batraciens.