Histoire de cochons Bretons

Chaque région de France possède ses races régionales

je vous présente ici  deux races de porc de souche celtique implantés dans l’Ouest et le Nord de la France.

Le porc Blanc de l’Ouest et le porc de Bayeux.
Hier, elles peuplaient en nombre l’Ouest de la France. Aujourd’hui, ces races à faible effectif, marginalisées par l’élevage industriel qui leur préfère des races à meilleur rendement.
En France, ces races locales font l’objet d’un programme de conservation et de valorisation pour prévenir leur disparition.
L’Écomusée du pays de Rennes conserve le porc Blanc de l’Ouest et le porc de Bayeux dans le cadre du programme national de conservation des races locales porcines. Il collabore avec l’Institut du porc (IFIP) et l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

 

Ce cochon rose de grande taille, au poil fourni et à grandes oreilles, est issu de la fusion des races Bretonne, Craonnaise, Normande et Flamande, en 1958. Il est le type même du porc fermier de plein air, à la fois sociable et rustique.
Son corps long peut mesurer jusqu’à 1m90. Son front est large. Ses oreilles tombantes, attachées haut, se rejoignent au niveau du groin, large et fort. Sa silhouette se distingue par sa poitrine profonde, ses jambons développés et ses membres musclés.
Les qualités bouchères du porc Blanc de l’Ouest ont contribué au succès des charcuteries bretonnes grâce à la bonne musculature de sa poitrine et à l’épaisseur ses côtelettes. Pratiquement disparu dans les années 80, il est actuellement sauvegardé dans le grand Ouest par quelques éleveurs qui lui cherchent un nouvel avenir.

Le porc de Bayeux

Le porc de Bayeux est issu d’un croisement effectué au 19e siècle entre le porc Normand et un porc noir d’origine anglaise, le porc Berkshire. La Manche et le Calvados sont ses terres d’origine. Mais la race s’est étendue sur le nord de l’Ille-et-Vilaine.
Sa robe est blanche, parsemée de taches noires arrondies. Son tronc est long. Sa tête et ses oreilles pointées vers l’avant sont de taille modeste.
Le porc de Bayeux est un porc de plein air. Il s’adapte très bien à une alimentation à base de céréales et de sous-produits laitiers. Sauvé de la disparition au milieu des années 80, il possède toutes les qualités nécessaires à la reconquête du marché. On lui accorde une viande persillée de grande qualité et au goût subtil.

À VOIR
L’exposition temporaire sur le cochon. Une histoire bretonne jusqu’au 30 août 2015 à l’Écomusée du pays de Rennes.
Symbole de prospérité ou synonyme de vice… »cochon » rime avec »émotion ». Des cours de fermes aux foires et marchés, des savoir-faire culinaires familiaux aux dynamiques gastronomiques, l’exposition croise les regards et explore la richesse des relations qui lient l’Homme à l’animal en Bretagne. Elle apporte un éclairage sur les problématiques contemporaines de l’élevage, de la transformation agro-alimentaire, tout en rappelant l’importance d’un animal providentiel dans les sociétés rurales. Une source d’inspiration également inépuisable pour la création artistique…
En savoir plus en suivant ce lien http://www.ecomusee-rennes-metropole.fr/expos-evenements/exposition-en-cours.html

À LIRE AUSSI….
Le livre Le cochon. Une histoire bretonne accompagne l’exposition de l’Écomusée du pays de Rennes.
L’ouvrage reprend fidèlement les textes du parcours avec ses plus belles illustrations. Il la prolonge en intégrant des contributions d’universitaires et de spécialistes du cochon. Les auteurs partagent leur connaissance de son histoire, des traditions et des enjeux contemporains associés à l’animal. Des cartes, des recettes, des témoignages et des analyses prospectives complètent le propos.
En savoir plus en suivant ce lien
http://www.ecomusee-rennes-metropole.fr/expos-evenements/publications.html
Crédit photos: A. Amet – Écomusée du pays de Rennes et M. Rapilliard – Écomusée du pays de Rennes