La poule de Marans, vous connaissez?

 La Marans était à l’origine une race de pondeuse…

La poule de Marans, vous connaissez? 1

Apparue au début du XX e siècle dans le village français du même nom, la Marans…

était à l’origine une race de pondeuse. On ne sait pas avec précision les races qu’elle a eue pour ancêtres, mais on pense qu’il pourrait s’agir entre autres des Faverolles et des Croad Langshan.

Si on les traite bien et qu’on les approche calmement, les Marans sont assez sociables. Le ministère de l’Agriculture affirme que l’ œuf de Marans ne contient pas de salmonelle. Cela vient peut-être du fait que ses pores sont plus petits et que sa membrane, d’une texture moins perméable.

Pour le “village de Marans”  très connu bien au club, nous n’oserions pas trop le qualifier de village car il compte plus de 4600 âmes et donc nous parlons toujours de la ville de Marans, avec laquelle nous entretenons des liens fort amicaux, en fait c’est un bourg actif relié à l’océan par son port sur la Sèvre Niortaise, ce qui est important pour l’historique de la race Marans.

Marans était longtemps sous l’influence commerciale des navires venant de l’océan notamment d’Angleterre.

Troupeau de volailles Marans

Race pondeuse” : La Marans est considérée plutôt comme excellente race à deux fins et de plus, rustique, à l’inverse de certaines races reconnues plus fragiles, d’autant qu’au niveau ponte nous n’allons jamais jusqu’à prétendre qu’elle figure parmi les meilleures races de ponte car cela tromperait les amateurs profanes. Par contre les œufs de bel aspect sont très recherchés et toujours vendus cher par certains éleveurs. La demande est considérable et l’offre toujours trop faible.

crédit photo Michael Boulogne

C’est pourquoi nous parlons plutôt au club d’une race de ponte correcte (180 œufs par an) mais qui a l’avantage de présenter un débouché intéressant pour la boucherie lors de leur réforme (qualités de chair de la race), ce que les vraies races pondeuses n’oseraient pas revendiquer autant. Bref, en ponte, il y a mieux, en chair il y a mieux sans doute (Faverolles ou Meusienne, Houdan ou Crève-cœur …) aussi mais ce ne sont pas les mêmes, en revanche le point incontestable pour les éleveurs c’est le très bon niveau de rusticité de la Marans avec quelques aptitudes de poules mères qui arrangent bien des éleveurs ruraux (couvaisons naturelles). La Marans est la représentante quasi parfaite de la poule aux qualités fermières rustiques et à deux fins. Avec l’œuf extra roux en bonus.

D’où le succès d’un club de près de 600 adhérents.

Marans

Les ancêtres sont la petite poule noire locale des marais de cette région. Ensuite il y a eu croisements avec d’anciens combattant anglais qu’on ne retrouve plus vraiment aujourd’hui, qui ont apporté ses coloris actuels et la Langshan bien sûr. Il n’y a jamais eu de Faveroles dans la création de cette race.

Les Marans sont très sociables et même mieux, faciles à apprivoiser comme des animaux de compagnie ! Cette race donne des animaux qui vous collent aux jambes quand on travaille dans les parquets, au point qu’il faut éviter de leur marcher dessus parfois !! Quand d’autres races volent dans tous les sens dès qu’on approche à 10 m ! C’est connu.

Les coqs peuvent être très combatifs et endurants…

On ne peut guère les habituer ensemble car un accident peut survenir brutalement entre deux coqs pourtant fort habitués ensemble ! Un coq Marans peut tuer un vrai coq de combat des gallodrômes au Nord de la France car il est plus endurant

Ils peuvent être “chevaleresques” avec l’éleveur ou surtout les inconnus, agressifs disent les profanes, ce sont généralement les meilleurs, mais ce n’est pas systématique. La consigne est de ne jamais laisser un enfant seul avec un coq Marans dans un parquet d’élevage car un coq semblant doux habituellement peut attaquer brutalement sans prévenir. On peut rencontrer de brefs combats entre poules, pourtant si calmes avec nous.


La poule de Marans, vous connaissez? 2

 

 

 

 

 

Photo Marc DetoeufL’histoire d’absence de salmonelles dans l’œuf de Marans apparaît déraisonnable (jamais nous oserions annoncer cela au club dans nos colonnes) et il serait prudent de ne pas trop mettre cela dans l’oreille des consommateurs imprudents et qui conserveraient mal leurs œufs. Nos Marans de petits éleveurs ne sont pas stérilisées aux antibiotiques ou autres produits comme dans les élevages industriels. Je n’ai jamais entendu dire ceci au club en trente ans passés d’élevage de cette race. C’est une affirmation curieuse, surtout si cela provient du Ministère. Peut-être sorti de son contexte ?

 

Ce qui peut être dit et qui est sûr, c’est que dans le cas des vrais beaux œufs de Marans où la coquille est effectivement foncée et brillante (mais ils ne le sont malheureusement pas tous car c’est fort aléatoire !), alors les capacités de conservation de l’œuf sont bien meilleures. C’est vrai que les pores sont plus fermés, les échanges d’air à travers la coquille des beaux œufs surtout brillants en sont affaiblis sans aucun doute au point que nous réglons l’humidité de nos couveuses au minimum pendant 18-19 jours pour les œufs de nos Marans (autour de 40 % guère plus et 35 % peuvent suffire). Ce “vernis” marron et brillant qui est déposé sur l’œuf juste avant la ponte et qui durcit en quelques secondes est une réelle protection supplémentaire de l’œuf. Il est dit par certains éleveurs ayant habituellement plusieurs races conduites dans des conditions identiques que les qualités gustatives des œufs de Marans sont meilleures que ceux d’autres races. Ce que je ne peux jurer moi-même n’ayant que la Marans comme race chez moi depuis environ 30 ans !

Propos recueillis auprès de Christian Herment Président du MCF                          logo Marans Club de France

 

poule Marans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Un grand merci au Marans-Club de France pour sa participation photographique.

Visiter le site du Marans-Club de France 

Contact: maransclubdefrance@marans.eu

Siège Social : Hôtel de ville de Marans Place Ernest Cognacq 17230 MARANS