Le coq vert de la jungle ou coq de Java”Gallo verde”

Le coq vert de la jungle ou coq de Java  “Gallus varius”

Le coq vert de la jungle ou coq de Java"Gallo verde" 1

 

Je tiens a remercier Mr Séraphin Di Cristofaro, sans qui la rédaction de cet article n’aurait pas été possible.

Le coq vert de la jungle ou coq de Java  “Gallus varius”

 

Description:
C’est le plus vivement coloré du genre Gallus, avec une crête non dentelée tricolore (verte, bleue puis rouge au sommet) et un barbillon unique (jaune, rouge et bleu). Les plumes du camail sont noires, courtes, larges, arrondies et liserées bleues et vertes. Les lancettes sont abondantes et développées, de couleur vert foncé, bordé de jaune.
Ils vivent en petits groupes de 2 à 5 individus, dirigés par un mâle dominant.
Cette espèce vole très bien sur une hauteur de 4 à 6 mètres de haut
Dimorphisme sexuel
Comme tous les phasianidés, le dimorphisme sexuel est très marqué : le coq est plus grand et vivement coloré avec des ergots sur les tarses, alors que la poule est plus petite et plus terne, afin de se camoufler lors de la couvaison. La crête est développée et colorée chez le coq, alors que celle de la poule est quasi inexistante. Les coqs de cette espèce atteignent leur pleine maturité à 2 ans.

Le coq  de Java ou coq vert de la jungle (Gallus varius) habite l’île mystérieuse de Java, où il est curieusement absent de la majeure partie de la face ouest du pays.
Gallus varius se retrouve également en nombre variable sur un certain nombre de petites îles comme Bali, Lombok, Sumbawa, Komodo et les îlots environnants.
Ils habitent les régions côtières et des habitats semi-arides avec des falaises à proximité des estuaires où ils fourragent dans les mangroves, le long des plages, dans les rizières et au fond de grottes sous-marines souterraines.
Le coq vert est l’un des seuls parmi une poignée d’espèces de gallinacés capables d’un vol soutenu au dessus d’une eau libre.

cliquer pour agrandir

crédit photo ASBL PHOENIX International

Il existe de nombreux cas documentés de l’espèce  survolant la mer entre les îles.
Les vols très étendus  de ces oiseaux sont la cause d’une fluctuation de la population de cette espèce, qui se déplace régulièrement entre les îles de Komodo, Rinca et Flores.
Les vents y étant assez puissants, il est étonnant que ces oiseaux restent en l’air sans être écrasés contre les falaises!
Lorsque la marée est basse, ces oiseaux peuvent être vus parmi de grands troupeaux de vingt ou même plus d’oiseaux de tous âges ou dans de petites unités familiales de chasse, pour les petits animaux marins piégés dans les bassins du littoral.
L’alimentation primaire des coqs verts inclue des espèces de crustacés appelés copépodes semi terrestre ou les puces de sable, de petits crabes et des insectes marins qui se reproduisent dans la plage entre les brins de varech. L’espèce a également été documentée comme se nourrissant de méduses , d’étoiles de mer, d’escargots  d’eau douce, des fruits de cactus, de termites, de fourmis et de larves d’insectes de grottes.

Le coq vert de la jungle ou coq de Java"Gallo verde" 2

crédit photo ASBL PHOENIX International

En captivité, le régime alimentaire devrait comprendre des fruits nutritifs en vitamines solubles dans l’huile, comme la papaye en Amérique du Nord, les canneberges séchées et des grenades lorsqu’elles sont disponibles. Ces fruits sont précieux car ils contiennent des tanins condensés appelés proanthocyanidines qui la empêchent la bactérie E. Coli de se fixer aux cellules dans le tube digestif.
Les coqs verts sont particulièrement vulnérables à maladie de Marek, mycoplasmes, Pseudomonas et une foule d’autres maladies qui attaquent le système digestif et qui pourraient laisser les oiseaux paralysés. On ne peut pas trop insister sur l’importance de ces types de fruits pour des espèces subtropicales.
Les fruits riches en sucre et pauvres en valeur nutritive, comme des raisins verts, les poires et les pommes, devrait être évitée. Les aliments commerciaux de volailles doivent également être évités car ils contiennent souvent des sous-produits des volailles comme les plumes, les pattes et les têtes de la masse des poulaillers de production.
Le stock de grosses productions de volailles est nourri d’antibiotiques pour se parer contre les attaques des mycoplasmes et d’autres maladies de la volaille commune.
Donc nourrir avec uniquement  avec des aliments pour les galliformes sauvages, conduit souvent à des maladies  dont les germes  deviennent résistants aux antibiotiques. Le soja et la luzerne ne devraientt pas être donnés au coq de la jungle pour leur contenu en phytoestrogènes qui pourraient altérer les cycles hormonaux.
La plupart des céréales comme le mil, le maïs, le blé et l’orge sont nuisibles au coq vert. Les croquettes pour chiens à base d’agneau et de riz sont préférables pour ces oiseaux.
Chaque espèce a des problèmes particuliers liés à ses besoins alimentaires et à ses  stades de croissance.
Trop de protéines brutes peut retourner les orteils et les jambes. Pas assez de protéines animales par contre, mettra l’accent sur des oiseaux avec une mortalité élevée.
Il est possible de donner des crevettes lyophilisées / krill achetées dans les magasins pour animaux de compagnie. Il s’agit d’un outil précieux pour l’aviculture.
Certains ajoutent des suppléments pour reptiles, saupoudrés généreusement sur les crevettes.  On  nourrit ainsi une fois par semaine les jeunes oiseaux et les sub-adultes.
Ce sera également précieux pour les couples reproducteurs et des individus en mue. Les suppléments de reptiles contiennent tous les oligo-éléments et les vitamines dont les oiseaux ont besoin, pendant les périodes de l’année où ils sont les plus vulnérables.
Dans la nature, les couples restent ensemble indéfiniment et il semble qu’il existe une relation prolongée avec les parents et leurs poussins d’années successives.
Contrairement à certaines espèces subtropicales de galliformes, les coqs verts ont des comportements sociaux extrêmement complexes.
Ils sont très sociables avec des émotions fortes au moindre signal qui les rendent intéressants à observer dans la nature et dans des volières en milieu naturel.

Le coq vert de la jungle ou coq de Java"Gallo verde" 3

Les couleurs vives des barbillons et de la crête du mâle sont employées comme des signaux subtils rappelant les lézards anole.  Les  groupes d’âge sont sélectionnés de manière à ce que les mineurs et les jeunes adultes ne devront le plus souvent pas se déplacer avec  les  groupes sociaux des adultes.
Cela peut se produire sur un rocher surplombant les corniches des aires d’alimentation ou dans la cime des arbres au-dessus d’une région de dépoussiérage préférée ou l’ensoleillement est bon.

En captivité, il sera important de recréer un environnement social qui stimulera les oiseaux et les garder engagés dans des comportements non agressifs.
Nous avons trouvé que le coq vert peut être  un compagnon idéal de volière avec les tortues (exemptes de salmonelles), petits canards se percheurs comme les sarcelles à collier que l’on garde volantes, les pluviers, les outardes, les cormorans, les ibis et les paons. Ils peuvent également être facilement gardés avec les Faisans à queue barrée, les Hoccos  et des faisans Salvadoris.
Je les garde avec des touracos violets et les ai gardé avec des poules sultanes.
Bien qu’ils soient très costauds, ils ne toléreront pas beaucoup le froid et sont sensibles aux engelures.

Les coqs de Java doivent être conservés dans des volières de grande hauteur avec des fines mailles. La paroi doit être moyennement rigide pour éviter les chocs accidentels. Les deux sexes, en effet, effectuent des affichages de vol magnifiques et vous voudrez peut-être en tenir compte lors de la conception d’un espace de vie pour eux.  Ces oiseaux coûtant très cher, il vaut sans doute d’abord prévoir une bonne volière isolée du gel par un bon abri, avant de les acquérir.
Une forte végétation les mettra en confiance et évitera les accidents. Il faut prévoir beaucoup de perchoirs et beaucoup d’espace d’escalade. Les oiseaux semblent préférer se promener en grimpant le long des allées arborées que de marcher sur le sol.
Les nids sont toujours placés dan des boites suspendues, garnies de foin sec.  Un peu comme pour les tragopans.
Reproduction
Les coqs verts acquièrent leur maturité sexuelle à deux ans.
Les couples restent fidèles à vie.
La poule construit son nid dans un endroit isolé de ses prédateurs (souches d’arbres creux, terriers abandonnés, dans les broussailles et les buissons…), généralement au niveau du sol car les poussins sont nidifuges.
Seule la poule se charge de la couvaison, durant environ 21 à 24 jours de 3 à 5 œufs à coquille blanche avec de légères nuances de gris ou jaune, pondus bien sûr au rythme d’un par jour, mais les poussins “synchronisent” leur éclosion. Seulement environ 60% des œufs couvés donneront naissance à un poussin.
Durant cette période, la poule quitte le nid furtivement pour se nourrir et s’abreuver afin de conserver la chaleur nécessaire au bon développement des embryons.
Une fois éclos, les poussins pourront voler au bout d’une semaine et resteront souvent plusieurs années avec leurs parents. Leur mère, les premières semaines, gratte le sol a la recherche de nourriture (végétaux, insectes, mollusques…) afin de leur “apprendre” tout en leurs distribuant ses “trouvailles” et la nuit tombante, ils se réfugient sous elle afin de rester au chaud et d’être en sécurité.
Durant la couvaison, le coq surveille attentivement sa ou ses poules et les protègent d’éventuels prédateurs, avec acharnement jusqu’à la mort si nécessaire, usant de son bec et de ses ergots. Une fois les œufs éclos, il surveille attentivement sa progéniture, leur distribuant les petites proies qu’il trouve.

Le coq vert de la jungle ou coq de Java"Gallo verde" 4

Les œufs sont teintés de couleur blanc cassé avec une teinte de jaune ou de gris. L’incubation est de 21 à 24 jours. Les poussins doivent être élevés par leurs propres parents ou par un parent de remplacement, sans maladie, comme une poule Bantam qui a été soigneusement épouillée et vermifugée avant l’incubation. Les poussins doivent suivre une diète plus spécialisée que les autres Gallus.
Les suppléments pour les reptiles sont très bénéfiques. La poudre peut être ajoutée à n’importe quel granulé de démarrage ou en poudre sur les grillons, pour s’assurer que les   reçoivent bien les bons oligo-éléments et les vitamines depuis le début.

Les coqs verts et leurs hybrides sont très sensibles aux maladies courantes chez les poulets domestiques. Il existe plusieurs maladies extrêmement contagieuses qui, bien que assez inoffensives et souvent asymptomatiques chez les volailles domestiques, s’avèrent fatales pour le coq sauvage. Parmi celles-ci sont le syndrome de Marek, le virus de l’herpès du poulet, la maladie de la rate de marbre, le pseudomonas et les mycoplasmes.
Les populations de coqs sauvages en captivité sont vulnérables en partie à cause du petit nombre des fondateurs de chaque espèce et de la proximité des vecteurs de maladies de la volaille domestique. Par exemple, les poules couvant des œufs de coqs verts n’ont pas été testées et pourraient transmettre une maladie cachée aux poussins d’accueil. Les poussins qui survivent deviennent porteurs. Les maladies de la volaille domestique stérilisent et tuent les coqs sauvages et pourraient facilement détruire le noyau d’élevage en captivité de ces espèces sauvages en un très court laps de temps. Pour ces raisons, il n’est pas conseillé de placer ensemble en captivité des coqs sauvages avec des oiseaux domestiques.

Curiosité.
Les coqs verts ont été hybridés avec des volailles domestiques pour produire les Bekisar Ayam.
Il s’agit d’un coq de chant.  Les concours de chant font partie du folklore local de ces îles sud asiatiques.