Un pigeon voyageur vendu aux enchères…en Belgique

 

Armando est devenu le pigeon voyageur le plus cher du monde.

Cette information n’est pas passée inaperçu, Armando est devenu le pigeon voyageur le plus cher du monde. Dimanche 17 mars, en Belgique, il a été vendu aux enchères 1,25 millions d’euros.

Une vente record
Cette grande vente aux enchères en ligne avait débuté le lundi 4 mars 2019. Quelques minutes après son lancement, le prix du pigeon Armando, élevé en Belgique, s’était déjà envolé à plus de 300 000 euros.

Dimanche 18 mars 2019, c’est « l’apothéose », comme le rapporte Pigeon Paradise : Armando est adjugé 1,252 million d’euros, un record pour une vente aux enchères en ligne. En une heure, son prix de vente est passé de 532 000 euros dimanche matin à plus d’1,25 million.

L’heureux nouveau propriétaire d’Armando serait un colombophile Chinois, qui pourrait l’utiliser « à des fins reproductives », selon l’agence de presse Belga.

Il était en lice avec d’autres amateurs provenant de Chine, des Etats-Unis, d’Afrique du Sud, de Belgique…

Le pigeon Armando, le meilleur oiseau de longue distance de Belgique, avait également une descendance et sept jeunes ont été vendus, pour un total de 150 900 euros. Deux ont été vendus en Chine, deux en Belgique, un en Turquie, un en Allemagne et un aux Pays-Bas.

Durant cette grande vente, en moyenne, plus de 13 000 euros par oiseau ont été dépensés, pour un total de 178 pigeons vendus

Armando devient donc  le pigeon voyageur le plus cher de son espèce.

 

En savoir un peu plus,

En mettant sur la table des dizaines de milliers d’euros pour un pigeon voyageur, de riches collectionneurs chinois révolutionnent le petit monde de la colombophilie belge, au détriment parfois des simples amateurs, dépassés par la mondialisation de leur hobby.

Le dressage de pigeons est une vieille passion chinoise. A Pékin notamment, les propriétaires lâchaient leurs volatiles pour de courtes sorties, les entraînant à revenir sur ordre au colombier.

En Belgique, mais aussi aux Pays-Bas ou dans le nord de la France, les pigeons de concours sont emmenés en train à des distances pouvant dépasser les 1.000 kilomètres de leur point de départ, à Barcelone, Clermont-Ferrand ou encore Limoges.

Le vainqueur est l’oiseau qui, à l’instinct, rentre le premier au bercail, faisant gagner à son propriétaire des sommes parfois importantes.

Passion se transmettant – de moins en moins – de génération en génération, la colombophilie étaient en déclin ces dernières décennies dans les Plats Pays.

Mais l’arrivée des Asiatiques a récemment changé la donne.

Fin janvier, Hu Zhen Yu, un richissime industriel chinois, s’est offert “Special Blue” pour rien moins que 250.000 euros, battant le record mondial en la matière.

Son ancien propriétaire, le Néerlandais Pieter Veenstra, a vendu 245 pigeons pour près de deux millions d’euros au cours des dernières années, selon le site de vente aux enchères spécialisé Pigeon Paradise (PIPA), qui affirme avoir “50% de clients chinois”.