Le monde de l’élevage amateur en ébullition…

Le monde de l’ élevage amateur en ébullition

ou « si on ne nous disait  pas tout… »

Comme j’ai toujours plaisir à le dire, je n’ai pas la science infuse mais comme je suis très curieux, j’ai essayé d’en savoir plus au sujet de cette nouvelle loi, dont tous les réseaux sociaux se sont accaparés depuis son adoption au Sénat en date du 16 Novembre 2021.

Me sentant concerné par cette nouvelle loi qui atteint en même temps tous les passionnés et visiteurs de Mon Espace Nature.fr

Au lieu de me plaindre sur les réseaux sociaux, j’ai contacté les instigateurs de cette fameuse loi, ainsi que les responsables de notre Aviculture française.


« Les parlementaires viennent d’adopter la proposition de loi 3661 (Loi 4606) »

A mon humble avis, mais cela n’engage que moi, cette loi  présente certains points positifs qui, effectivement sont une avancée significative dans la lutte contre la maltraitance animale.

 

Pour commencer,

Habitant dans les Hauts de France, j’ai donc contacté, comme il se doit, le Président de la Fédération Régionale Avicole des Hauts de France AVIFEDE en la personne de Yvon Castien, qui fait aussi parti du conseil d’administration de la SCAF, ce dernier m’a répondu ce qui suit :

« La Société Centrale d’Aviculture de France a missionné le cabinet vétérinaire du Docteur Alexis KIERS fondateur de Dr Bassecour , Vétérinaire Spécialiste du Petit élevage afin de défendre les intérêts de la SCAF-Confédération – Nos Régions Avicoles –Nos Corps Techniques : FFV – FFC – SNC – FAEC –
L’ensemble des Associations Avicoles – les Clubs spécialisés et bien entendu l’ensemble des Eleveurs Sélectionneurs d’Animaux de Bassecour pratiquant ce loisir dans notre pays la France »

Explication sur sa MISSION 

Intervenir sur les points suivants :
1) Maltraitance animale
2) Grippe aviaire
3) D.D.P.P en France Traçabilité – Vaccination

4) Nos expositions avicoles sur le territoire français – annulation sans concertation
5) Demande de rendez-vous à la D.G.A.L, Ministère de l’Agriculture accompagné de l’ensemble des structures françaises – FFV – FFC – SNC
– FAEC – afin qu’ensemble ces structures puissent défendre l’activité de sélectionneurs d’animaux de basse-cour.

Manifestement nos instances responsables ont enfin la situation en main…Le monde de l'élevage amateur en ébullition... 1


Pour continuer mes investigations,

j’ai ensuite contacté Madame Valérie DELTEIL-PREVOTAT, Vétérinaire et Collaboratrice parlementaire de M. Loïc DOMBREVAL,
Députée des Alpes-Maritimes, 2ème circonscription-Assemblée nationale, 126 rue de l’Université, 75007 Paris

 

 

Je lui ai posé la question au sujet de mon inquiétude qui concerne mon petit élevage amateur, et voici que cette personne m’a répondu :

« Monsieur Macrez, cette nouvelle loi ne change rien pour votre élevage de volailles ni pour les expositions avicoles auxquelles vous participez..

Le chapitre 1 concerne la vente de chats, de chiens et d’équidés, les associations de protection animale, la vente en animalerie, et la vente en ligne majoritairement, mais donc rien sur les élevages et expositions pour les animaux de basse-cour.

Le chapitre 2 concerne les actes de maltraitance et de zoophilie.

Le chapitre 3 interdit aux cirques itinérants de se déplacer avec des espèces non domestiques, et pour les animaux domestiques  il est juste interdit de les emmener faire des présentations dans les discothèques, et le reste de la loi ne vous concerne pas plus (delphinariums, élevage de visons, etc.)Le monde de l'élevage amateur en ébullition... 2

Pour conclure et compléter, j’ai eu aussi la confirmation à ma demande de la part de Antoine, proche collaborateur de Loïc DOMBREVAL

Il me dit ce qui suit:  « En tant qu’éleveur amateur d’animaux domestiques, hors chiens et chats, la vente en ligne de vos animaux à titre onéreux ne vous sera plus permise. »

 

La cession en ligne à titre onéreux d’animaux de compagnie ne pourra être réalisée que par les personnes exerçant les activités mentionnées aux articles L. 214-6-2 et L. 214-6-3 du Code rural, soit par des éleveurs professionnels pour tous les animaux de compagnie ou par des éleveurs ne réalisant pas plus d’une portée de chiens ou de chats par an et par foyer fiscal (élevage d’agrément) et de conclure.

« Vous pourrez donc continuer à exercer votre passion et élever vos animaux dans votre propre basse-cour. Vous pourrez continuer de vendre à titre onéreux vos jeunes sujets (hors vente en ligne) et vous ne pourrez plus vendre en ligne à titre onéreux vos animaux, cette vente étant désormais exclusivement réservée aux professionnels. »


J’ai posé ces questions aux personnes concernées, je pense que d’autres, auraient pu faire la même chose « au lieu de crier au loup »

J’espère avoir rassuré mes nombreux amis passionnés d’Aviculture. Je suis et je resterai fidèle à la devise de ce site.

Des passions naturellement partagées