A l’occasion de la nationale d’élevage du Touquet organisée par le Club Saint Hubert du Nord,  j’ai rencontré  Annick Desmonts  accompagnée de Léos ….

 le Leonberg

leonberg1

Annick Desmonts   »  a succombé au charme  » de cette race de chien il y a  plus de 30 ans en voyant une photo de chiot dans un magazine télé de l’époque.
C e jour-là, me dit-elle,  j’ai découpé la photo en me disant que j’aurais un chien comme celui là…. un jour si les conditions s’y prêtent, et j’ai toujours cette photo  !
leonberg2

Ce n’est que 20 ans plus tard que cela fut possible et Tzigane est entrée dans sa vie,  8 ans de complicité jusqu’à ce jour de février 2010 où elle a succombé à un AVC,  entre temps, Cléïs  est venue nous rejoindre, Tzigane, Sapho et la  labrador sable.

Un peu d’histoire:

Heinrich Essig   ( 1808 -1889) était un des conseillers municipaux à Leonberg, la bourgade où il s’était fixé, à une quinzaine de kilomètres de Stuttgart « Allemagne  » dans ce qui était alors le royaume de Wurtemberg. Il se présentait en tant que baron de Leonberg quand il se trouvait à l’étranger. Alors qu’à la base il désirait un chien entièrement blanc, il aurait créé la race Léonberg à partir du Landseer et du Saint-Bernard, croisement qu’il aurait ensuite enrichi de Montagne des Pyrénées.

leonberg3

 

400 à 500 g à la naissance pour un poids à l’âge adulte de 50 à 75 kgs selon mâle ou femelle  !

Une autre hypothèse, tout à fait vraisemblable et plus généralement admise est que le Léonberg soit issu de l’ancien Chien des Alpes, une race mentionnée par plusieurs auteurs et qui était répandue des Alpes à l’Autriche. Cette race aurait peu à peu été délaissée dans ces régions du fait de la disparition des grands prédateurs, ours, loups, lynx. Mais, pendant de nombreux siècles, son principal centre de diffusion pour l’Allemagne aurait été la ville de Leonberg, dont le marché aux chiens est connu depuis le XIIIe siècle.
Le Léonberg est présent en France depuis 1896. Pendant plusieurs années, des chiens d’un élevage de la région parisienne furent présentés à l’exposition de Paris et y remportèrent tous les premiers prix. Le docteur Pierre Mégnin, qui étudia de près ces sujets et traduisit le standard rédigé en 1895 , fit connaître la race dans l’Hexagone.

Si comme Annick Desmonts, vous possédez   une race de chien, de  chat ou un  autre animal et que voulez partager votre passion, n’hésitez pas à me contacter.

Plus d’infos sur le Leonberg   desmonts.annick@neuf.fr

Le Club français  du Leonberg   http://www.club-leonberg.fr/