Vous aimez les chiens
Vous aimez les chiens
Tout savoir sur les races de chiens
Tout savoir sur l'aviculture
Tout savoir sur l'aviculture
L'aviculture c'est quoi ?
Les anatidés
Les anatidés
Découvrir et élever les canards, les oies...
Les chats
Les chats
Partez à la découverte des races de chats et des passionnés qui les élèvent...
Les bassins
Les bassins
Les jardins aquatiques Comment construire, entretenir et décorer son jardin aquatique...

Le coup de gueule de Mon Espace Nature

 

 La mare de la discorde à Grignols  (33)

 

Il y a quelques années…alors que naissait   »la mode des troubles de voisinage dus aux  cocoricos intempestifs » je disais à qui voulait bien m’écouter, « bientôt on interdira aux tourterelles de roucouler à la saison des amours.

Cela prêtait à moqueries, à tel point que les amateurs de volailles n’ osaient plus adopter de coq…de crainte de se voir verbalisés.

La connerie n’a pas de limites…Voilà maintenant que l’on s’attaque à nos batraciens en tous genres.

Grenouilles,tritons et salamandres doivent se séduire en silence…

Ne dit-on pas que les grenouilles sont des animaux protégés ? et maintenant du fait que ces animaux s’expriment bruyamment pendant la saison des amours, cela irriterait les oreilles « chastes »  de quelques voisins et on voudrait détruire leur mare afin qu’elles aillent  se reproduire ailleurs…

Voici ci-dessous un exemple réel de ce que j’appellerai poliment   « la connerie humaine ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 Un couple domicilié à Grignols, petit village à une vingtaine de kilomètres de Périgueux (Dordogne), a été condamné par la cour d’appel de Bordeaux à combler la mare de leur jardin à cause du bruit provoqué par le coassement des grenouilles, rapporte le site de France Bleu Périgord. A l’origine de cette condamnation :  une plainte des voisins installés à une dizaine de mètres du point d’eau.

 

 Alors qu’ils avaient gagné leur procès en première instance, Annie et Michel Pecheras ne comprennent pas la récente décision de la cour d’appel de Bordeaux. «Je ne comprends pas que l’on puisse s’en prendre comme cela à nous alors qu’on vit paisiblement dans ce village», raconte ainsi Annie auprès de France Bleu Périgord. Les ennuis avec leurs voisins de la maison mitoyenne ont commencé un peu avant 2012. Il y a eu des tentatives à l’amiable pour régler ce différent mais cela n’a rien donné au fil du temps. Leurs voisins n’en peuvent plus du coassement des grenouilles pendant la saison des amours (en mai et juin) et souhaitent purement et simplement le comblement de cette mare de 300 m2.

 

 Un expert aurait jaugé la nuisance à 63 décibels. «C’est vrai que ça fait du bruit, mais il n’y a pas plus d’une trentaine de grenouilles, il ne faut pas exagérer», soupire Michel. «On est à la campagne, c’est malheureux de ne pas pouvoir supporter le bruit des animaux.»

 

  Pour ce couple, il est hors de question de combler ce point d’eau : «Les grenouilles sont des espèces protégées, on ne va pas les chasser !» déclare Annie. C’est décidé, estimant être dans leur bon droit, ils vont saisir la cour de Cassation. En parallèle, ils ont également pris contact avec l’association de défense des animaux sauvages, l’Aspas. Son porte-parole, Michel Giraud est prêt à les soutenir selon France Bleu Périgord. «Une mare c’est une zone humide et c’est très important pour la biodiversité et les grenouilles sont très importantes, même si je reconnais que leur coassement peut être pénible, mais cela dure deux mois…il faut arrêter de vouloir aseptiser la nature !»

 Pour conclure www.mon-espace-nature.fr  espère que cette triste histoire aura un épilogue heureux, car si les  propriétaires de la mare de la discorde n’avaient pas gain de cause…cela pourrait, après les « anti-cocorico » donner des idées néfastes aux « anti- grenouilles » et ainsi pénaliser des centaines de propriétaires de pièces d’eau peuplées de grenouilles et autres batraciens.

 

 

 

 

Pour contacter l’auteur de l’article  cliquez sur l’image ci-dessous.


Us et coutumes chez nos voisins belges.

 

Cela se passe  à Néchin, dans la commune d’Estaimpuis (Belgique).

 

 Une bonne dose de patience, un oiseau en cage et des copains. C’est tout ce dont vous avez besoin pour participer aux concours de chant de pinsons. Tous les dimanches matins, depuis la fin du mois d’avril et jusqu’au début du mois d’août, une trentaine de propriétaires de pinsons se réunissent le long d’un chemin de campagne et écoutent… leurs pinsons chanter. L’oiseau qui chante le plus de fois en une heure remporte le concours.

Cela se passe  à Néchin, dans la commune d’Estaimpuis (Belgique).

Face à un champ, une trentaine de personnes installent, en ligne, leurs petites cages en bois. A l’intérieur, on ne le voit pas, mais il y a un pinson. L’oiseau s’apprête à concourir, c’est-à-dire à chanter un maximum de fois en une heure. « Dans la nature, le pinson chante pour délimiter son territoire, pour protéger sa femelle et ses jeunes », explique un participant.  »Ici, son territoire, c’est sa cage. En amenant d’autres pinsons près de lui, il va chanter pour faire partir les autres. Le rôle du juge est uniquement de marquer le nombre de fois que l’oiseau va chanter sur un bâton qui s’appelle, dans le jargon local, un rillet. »

9 heures du matin sur les montres, tout le monde est prêt. On pose les cages au sol. A partir de ce moment, il n’y a plus un bruit. « Pendant une heure, il n’y a que les oiseaux qui ont le droit à la parole. »

Les participants sont concentrés. Ils tendent l’oreille au chant de leur oiseau. Un pinson en pleine forme peut chanter 600 fois en une heure, mais certains ne chanteront pas du tout. Mais finalement, quand « on joue à pinsons », l’important n’est pas de gagner. « C’est passer une heure avec les amis… et après, boire un verre. »

Je vois déjà d’ici les « scandalisés » par cette pratique, mais je vous rassure, une fois rentrés chez leur propriétaire, les pinsons retrouvent  tout le confort d’une grande volière et celle d’une ration de graine bien pleine.

Pour contacter l’auteur de l’article  cliquez sur l’image ci-dessous.


Matthieu Bailly, votre futur représentant à la FFC

 

Je ne vous présente plus notre ami  Matthieu Bailly

âgé de 33 ans, il pratique l’élevage des pigeons, mais il a aussi une autre passion qui est celle de l’élevage du lapin hollandais.

 

Matthieu est un « fonceur », et il a donc décidé de présenter sa candidature au Conseil d’ administration de la Fédération Française de Cuniculture.

En 2012, il a franchi une sacrée étape qui est celle de rentrer dans le Conseil d’administration de la Société Nationale de Colombiculture dans laquelle  il occupe un poste clef qui est celui de représenter les jeunes éleveurs, mais pas seulement…

Il a donc décidé dans la continuité, d’intégrer une seconde équipe de passionnés. Ce qui lui permettra d’avancer plus vite et d’être toujours au service des jeunes éleveurs qui débutent dans l’élevage.

 Il se  lance donc dans l’équipe de la FFC? et il espère être en mesure d’obtenir le nombre  de suffrages afin intégrer l’un des 15 postes disponible au sein du CA.

 Matthieu Bailly  n’est pas du genre à ne penser qu’à lui, il aime partager sa propre expérience et fédérer des vocations dans le milieu de l’élevage.

Depuis l’Européenne de Metz fin 2015, exposition avicole dans laquelle de nombreux jeunes éleveurs du Nord-Pas de Calais ont prouvé leur savoir- faire, il est grand temps que quelqu’un digne de confiance les représente auprès des instances dirigeantes de la FFC.

 Pour ceux qui connaissent Matthieu Bailly, ils savent que leur confiance sera bien placée, il compte donc sur vous pour le hisser à ce poste de membre du Conseil d’administration de la Fédération Française de Cuniculture.

Vous désirez contacter Matthieu Bailly pour l’encourager et lui soumettre vos réflexions, vous pouvez lui écrire à matthieubailly@sfr.fr

Pour informations, je vous rappelle que www.Mon Espace Nature est un site ouvert à tous, si vous désirez vous exprimer sans haine ni polémique, je me ferai un plaisir de vous rédiger un article et de le faire paraître sur le site.

Pour cela n’hésitez pas à me joindre .

 

Pour contacter l’auteur de l’article  cliquez sur l’image ci-dessous.


Bernard Bonnières candidat à la SCAF….

 

 

Le samedi 25 juin 2016 à 10h 30, 7  rue du Faubourg Poissonnière 75009 Paris…

 

…aura lieu l’assemblée générale de la SCAF       »Société Centrale d’Aviculture de France » à cette occasion, notre ami Bernard Bonnières présente sa candidature comme candidat individuel.

www.mon-espace-nature.fr donne la parole à ce passionné de longue date.

Bernard Bonnières a bien voulu expliquer son intention de faire parti du bureau de cette association représentative des éleveurs amateurs en France.

« Je pose ma candidature comme candidat individuel à la SCAF  pourquoi…..
Tout simplement car il est temps que les choses bougent »

L’aviculture nationale, toujours selon Bernard Bonnières, est à un tournant de son existence qu’il faut savoir négocier au mieux.
Grand nombre de personnes élues parlent beaucoup mais dès lors qu’elles sont en poste, plus rien n’est en passe de se faire. Il faut une grande évolution, moderniser nos instances, nous ne sommes plus dans les années 1970 !

En retraite depuis peu, mon aptitude à aller au combat lors des luttes sociales dans mes fonctions syndicales peuvent être un atout.
Il faut que la jeunesse soit épaulée, qu’on lui donne la possibilité de s’exprimer, d’avancer ensemble,  car sans eux l’aviculture va droit dans le mur.

Ceux qui me connaissent savent très bien que je suis très heureux d’être entouré d’une bonne équipe où chacun se complète, »sans se tirer dans les jambes  ».

Éleveur,  principalement de lapins avec ma race de prédilection le géant des Flandres,
j’élève également des volailles.

J’espère être en mesure de  représenter au mieux les éleveurs passionnés de notre région, mais pas seulement !

Ma candidature n’est pas à titre purement personnel, mon but est de faire entendre la voix de ceux à qui l’on ne demande jamais leur avis, et qui font cependant la richesse des expositions avicoles »

SOCIETE CENTRALE D’AVICULTURE DE FRANCE Confédération Nationale des Associations d’ Eleveurs d’Animaux de Basse-Cour Association régie par la Loi de 1901, reconnue d’utilité publique 7, rue du Faubourg Poissonnière 75009 Paris Tel: 01.45.22.63.17 Fax: 01.43.87.46.13

Pour contacter l’auteur de l’article  cliquez sur l’image ci-dessous.


l’Association avicole de Cambrai organise…(59)

 

 l’Association avicole de Cambrai organise sa 79ème Exposition nationale d’Aviculture.

 

 

 Toute l’équipe de l’Association Avicole de Cambrai vous attend pour son exposition annuelle les 8 et 9 octobre 2016

 

8-9. Cambrai (59). Nationale organisée par l’Association avicole de Cambrai. Championnat régional de la vorwerk ; rencontres régionales : alouette de Cobourg, sabelpoot, sussex contacter  Dorothée Poteau, 11 rue du Four, 62860 Marquion. 09 54 48 56 88 ou 06 28 43 65 20

Association Avicole de Cambrai Président Mr Dupas 03.27.78.65.23

Contact:   bernard.dupas0876@orange.fr

 

 

 

Pour contacter l’auteur de l’article  cliquez sur l’image ci-dessous.